Qu’en est-il de la voiture autonome ?

Qu’en est-il de la voiture autonome ?

De nos jours, nombreux sont les véhicules qui circulent dans les rues. Différents les uns des autres, cette diversification est permise grâce aux incessantes avancées technologiques de l’homme. De par ces innovations, les voitures autonomes sortent du lot. Elles se démarquent par leur spécificité. A travers ces quelques lignes, faites connaissance avec les technologies à travers la voiture autonome.

Les spécificités de la voiture autonome

La première voiture autonome fut lancée en 2015 par une entreprise Suisse appelée Swisscom. Comme son nom l’indique, la voiture se caractérise par son autonomie. Elle fonctionne sans qu’il n’y ait personne au volant. Autrement dit c’est une voiture qui est déjà programmée à l’avance et circule en toute autonomie n’importe où. Par ailleurs, la condition de mise en circulation de la voiture autonome réside dans le fait que la personne à bord, même si elle n’est pas au volant, doit posséder un permis de conduire. Cela permet d’éviter les éventuels accidents ou autres, selon la limite de fonctionnement de la voiture autonome.

La voiture autonome et ses niveaux d’autonomie

Certes la voiture est autonome, mais les constructeurs ont imaginé différents niveaux d’autonomie pour ses usagers.

Le premier niveau concerne l’absence d’autonomie, c’est-à-dire que la voiture n’a aucun système d’avertissement. On a aussi mis en place un système d’aide à la conduite où le véhicule dispose d’une capacité à mieux gérer la direction, les freins et la vitesse. Par rapport à cette dernière, il existe des régulateurs vibrant à l’aide de l’assistant de trajectoire. Il émet des sons lorsque le conducteur sort de sa voie.

Le deuxième niveau est d’une autonomie partielle. Au moment où le conducteur veut prendre sa pause, le véhicule est capable de conduire par lui-même sans intervention humaine. Non seulement le véhicule est partiellement autonome mais cette autonomie est classée sous certaines conditions. Il faut disposer d’un système qui peut interagir avec le conducteur en lui donnant des signaux optiques au niveau du tableau du bord. Ce système présente les dangers qui peuvent survenir et les circonstances non habituelles mais aussi un bon nombres d’avantages dans les problèmes de concentrations rencontrés par le conducteur comme par exemple la fatigue.

Le véhicule autonome possède aussi une autonomie avancée. Il peut prendre automatiquement des décisions sans que son conducteur l’y permette. C’est le cas par exemple lors d’une situation d’urgence où il freine au bon moment. Il permet de garder un grand contrôle du véhicule dans presque toutes les circonstances.

Mais la voiture autonome peut aussi avoir une autonomie totale. Elle ne requiert ni volant ni direction ni pédales pour pouvoir avancer. En outre, en autonomie totale, la voiture n’a pas besoin de conducteur. Le véhicule est alors capable de circuler librement d’un point à un autre, sans aucune contrainte.

Comme la réglementation ne permet pas encore à un véhicule de remplacer pleinement les humains, l’autonomie de la voiture se résume au niveau 3. Bien que cette autonomie s’étende jusqu’au niveau 6.

Les risques inévitables et les inconvénients de la voiture autonome

Le fait d’avoir une voiture autonome est avantageux dans la mesure où elle prône pour une avancée technologique. Elles sont capable de vous permettre un trajet moins fatiguant qu’avec une voiture sans système d’aide.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Back To Top